DÉMARCHE ARTISTIQUE

 

Ma pratique discute principalement de l’objet et de son ingérence dans les relations humaines. Les codes visuels régissant nos sociétés m’intéressent particulièrement, cet ensemble de symboles nous permettant de rapidement identifier les objets, les individus et leur zone d’appartenance. Ces codes guident nos interactions quotidiennement. Les différents groupes sociaux se retrouvent donc facilement identifiables et, par le fait même, sujets à une exécration autant qu’à une idolâtrie tout à fait arbitraire.

La charge symbolique transmise par les objets d’arts décoratifs me captive singulièrement et occupe une place privilégiée dans mes recherches. À la suite d’une formation en joaillerie, mes réflexions entourant le bijou m’ont poussé à me questionner sur le rapport du corps à l’objet. La particularité de l’objet d’art décoratif d’être à la fois intime et politique, dû à sa proximité avec le corps côtoyant sa fonction de parure, engendre un attachement particulier entre l’individu et l’objet.

C’est dans cette ambivalence qu’il est possible de puiser une force ambigüe mêlant les notions de privé et de public, d’intimité et d’ostentation. À l’aide de ces symboles, j’explore conjointement la mise en scène de soi et celle du pouvoir. J’utilise et je maquille des matériaux relatifs à la création de costumes et de décors, leurs rapports à la comédie insistants sur le simulacre de l’objet.

Articulant actuellement ma pratique autour d’une appropriation de la culture visuelle du pouvoir, c’est l’utilisation d’une symbolique stéréotypée qui me permet de suggérer à la fois l’attrait et le ridicule du puissant. Cette appropriation visuelle s’ancre dans une démarche d’empouvoirement visant à questionner notre relation au pouvoir en prenant le contrôle de ses véhicules.